Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

1 articles avec dicologie

Pourquoi il ne faut plus employer le mot "Opus" !

Publié le par Dr.Lakav


Souvent en lisant la presse cinéma et vidéoludique on peut lire : "Dans cet opus", "cet opus de la série", "un opus de bon augure" ou encore "cet opus est une suite directe..."

Et bien ça, ça me hérisse le poil.

Ce mot est utilisé à tort et à travers et ne peut pas être employé quand on parle de jeux vidéo ou même de films ou encore de bouquins.

"Opus" ne peut être employé qu'en parlant d'une oeuvre d'un compositeur de musique.

Il peut aussi être employé si l'on parle d'architecture, mais en jeux vidéo, en cinéma ou encore que sais-je ? Niet !

La langue française est formelle, ce mot n'a pas ce sens que les journaleux en manque de masturbation intellectuelle veulent lui donner.

Et ce mot je l'entend plus d'une fois par jour dans le milieu et plus je l'entend plus je me dis que les gens sont des péons incapables de réfléchir, régurgitant par mimétisme les mêmes inepties qu'ils ont entendues avant.

Que les choses soient claires ! Et réhabilitons le mot "Opus" en le boycottant du monde des jeux vidéo..

En cadeau voici la définition de ce mot selon Lexilogos :



OPUS,
subst. masc.
A.MUS. [Indication, suivie d'un numéro, utilisée pour désigner un morceau de musique dans le catalogue de l'oeuvre complète d'un compositeur; abrév. op.] Beethoven, Fidelio, op. 72. La Viviane de Chausson, poème symphonique opus 5 (Du Bos, Journal, 1924, p.221).
B. −1. Opus citatum et, p. abrév., op. cit. [Formule utilisée pour renvoyer à un ouvrage déjà cité] «(...) le droit restitutif (...) se rattache à un idéal collectif plus souple, admettant sa particularisation» (op. cit., pp.33-209) (Traité sociol., 1968, p.178).
2. Opus laudatum et, p. abrév., op. laud. [Formule utilisée pour renvoyer à un ouvrage déjà cité avec éloges] Le sabir franco-occitan que M. Brun décrit op. laud., pp.417-419 (J. Séguy, Le Fr. parlé à Toulouse, 1978 [1950], p.7).
C.ARCHÉOL., ARCHIT. [Suivi d'un qualificatif lat.; désigne le mode d'agencement des matériaux dans une maçonnerie]
Opus antiquum ou incertum. Empilage de blocs irréguliers, de moellons bruts sur mortier. Si on n'a que de la pierre dure ou demi-dure, on exécute les parements en maçonnerie brute, à opus incertum, avec les moellons qu'on trouve dans le pays (Bricka, Cours ch. de fer, t.1, 1894, p.132). La maçonnerie de moellons du parement extérieur avait été faite en opus incertum (Quinette de Rochemont, Trav. mar., t.1, 1900, p.112).
P. anal. ,,Dallage à forme irrégulière disposé de façon à constituer un chemin au travers d'une pelouse`` (Bén.-Vaesk. Jard. 1981).
Opus francigenum. Style de construction des architectes gothiques d'Île-de-France. Le véritable opus francigenum, (...) ce ne sont pas tant les anges de pierre de St-André-des-Champs que les petits Français, nobles, bourgeois ou paysans, au visage sculpté avec cette délicatesse et cette franchise restées aussi traditionnelles qu'au porche fameux mais encore créatrices (Proust, Guermantes 2, 1921, p.409).
Opus reticulatum. ,,Ouvrage dans lequel les pierres taillées carrément se présentent en losanges et donnent pour lignes de jointure des diagonales`` (Noël 1968). L'opus reticulatum, ou de riches appareils entremêlés de terre cuite, se développent sur [les premières] façades [latérales byzantines] (Lenoir, Archit. monast., 1852, p.274).
Opus spicatum. Matériau formé d'éléments disposés obliquement, en épis (d'apr. Perraud 1963).
Prononc. et Orth.: [ɔpys]. Plur. des opus. Étymol. et Hist. 1. 1852-56 archéol. «(accompagné d'un qualificatif lat.) désigne divers modes d'agencement des matériaux dans une maçonnerie» opus reticulatum (Lenoir, loc. cit.); opus alexandrinum (Id., ibid., p.122); 1870 opus incertum (Mérimée, Ét. arts Moy. Âge, p.6); 2. 1832 mus. «(suivi d'un numéro) désigne une composition dans l'oeuvre d'un musicien» le plus souvent sous la forme abrégée op. (Chopin, Mazurkas, op. 6 et 7 ds Hist. de la mus., sous la dir. de Roland-Manuel, II, p.1657); cf. 1924 le trio op. 3 [de Chausson] (Du Bos, loc. cit.). Mot lat. signifiant «ouvrage fait avec les mains, ouvrage militaire; ouvrage de l'esprit»; a servi dès le xvie s., en partic. en Italie, à désigner une composition musicale, et à partir du xviie s. également en Allemagne, sa situation chronologique dans l'ensemble des oeuvres imprimées d'un compositeur. D'abord réservée à la musique instrumentale (cf. en 1617 l'Affetti musicoli de Biagio Marini qui est l'Opus 1 de ses pièces instrumentales), cette manière de dresser un catalogue thématique des oeuvres d'un compositeur, a été aussi utilisée pour des oeuvres vocales (cf. Le Roi des Aulnes de Schubert écrit en 1814 qui ouvre la série des lieder avec le no d'opus 1, v. D. Fischer-Dieskau, Les Lieder de Schubert, tr. M.-Fr. Demet, Paris, R. Laffont, p.193); ce n'est que depuis Beethoven [1770-1827] que la plupart des compositeurs marquent eux-mêmes d'un numéro d'opus leurs oeuvres essentielles, soit lors de leur composition soit lors de leur publication (Mus. 1976). Fréq. abs. littér.: 267. Fréq. rel. littér.: xixe s.: a) 19, b) 71; xxe s.: a) 1053, b) 446.

Publié dans Dicologie

Partager cet article

Repost 0